« La Parisienne Assurances veut être un éleveur de licornes »! (Alexandre Rispal)

This post is also available in: enEnglish (Anglais)

J’ai eu l’opportunité tout début janvier de rencontrer et interviewer Alexandre Rispal, Chief Revenue Officer de La Parisienne Assurances (site web) et Lena Ansari, la responsable communication. Connaissant Alexandre depuis plus de 12 ans (dans une ancienne vie 😉 ), c’est toujours un plaisir de le retrouver.

La Parisienne est l’un des acteurs les plus atypiques du marché français, voire mondial. Compagnie créée en 1829, donc bientôt bicentenaire, elle a opéré une mutation spectaculaire il y a quelques années pour se transformer en un assureur digital. Voici ce qu’il faut retenir de cet entretien.

La Parisienne Assurances, un positionnement atypique et ambitieux

Une grosse majorité des insurtechs au niveau mondial (env 40%) concerne la brique de distribution. Là où La Parisienne Assurances se démarque clairement, c’est que c’est une compagnie d’assurance, qui a fait un choix stratégique de stopper la distribution et la gestion. Ils ont cédé il y a quelques années ces activités. En cela, ils se positionnent comme uniquement porteurs de risques et sont donc en recherche de partenaires distributeurs.

Ce mouvement suppose d’être en mesure de mettre à disposition des produits d’assurance rapidement et efficacement à des distributeurs. C’est sur cet axe que La Parisienne peut se targuer d’être un assureur digital. En effet, ils ont lancé il y a quelques années le système IPaaS: Insurance Product As A Service. En clair, des produits d’assurance sur étagère, disponible via des API et donc potentiellement accessible à tout distributeur connecté.

Une méthode innovante

Trouver des partenaires

Pour Alexandre Rispal, l’axe principal de développement de La Parisienne Assurances se situe sur la conquête de partenaires distributeurs, en France, mais aussi à l’étranger.

Cela suppose plusieurs recherches complémentaires:

  • d’une part, utiliser les réseaux traditionnels de la distribution (courtiers) pour être force de proposition d’innovations;
  • d’autre part, être visible des startups qui se créent pour être contactés naturellement pour construire des produits ;
  • enfin, aller chercher de nouveaux distributeurs, et les aider dans leur structuration et leur enregistrement.

Ce dernier cas est particulièrement intéressant. En effet, cela ouvre la porte à de nouveaux acteurs, non « oriassés » actuellement, mais qui pourraient avoir un intérêt à le devenir. Il faut pour cela les aider à trouver une offre d’assurance et à gérer les formalités réglementaires.

La méthode Bespoke

Pour cela, La Parisienne Assurances a créé la méthode Bespoke, en 10 semaine chrono, accessible avec un suivi intégralement en ligne:

  • 2 semaines de cadrage du projet avec le partenaire
  • 3 semaines (!) de construction de produit
  • 5 semaines pour finaliser l’offre d’assurance et son développement informatique
  • Suite au lancement, 2 semaines sont dédiées à l’intégration des retours d’expérience et améliorations éventuelles.

En exploitant des techniques issues du design thinking, la compagnie espère trouver des poches d’innovation qui ne sont pas du gadget et qui ont une vraie perspective commerciale. C’est ainsi qu’est née l’offre sur les e-scooters (dont nous présentions la vidéo de présentation à DIA Amsterdam en juin 2019). Ainsi, en accompagnant ses partenaires, La Parisienne assurances entend les aider dans leur croissance, et pourquoi pas à devenir des licornes.

Les tendances sur lesquelles s’appuie La Parisienne Assurance

La Parisienne a déjà établi des partenariats avec environ 70 acteurs, pour un total de plus de 200 produits. Certains, comme celui avec Tesla et By Miles en décembre 2019, ont fait beaucoup de bruit! D’autres, comme celui avec Zego au début 2019, ont été plus discrets mais n’en sont pas moins stratégiques et positionnent la compagnie parmi les acteurs qui comptent en Europe, et pourquoi pas plus loin!

Comme le rappelle Alexandre Rispal, trois tendances fortes dessinent la stratégie de l’entreprise:

  • l’assurance vit en ce moment une bascule vers du full digital, et l’ « APIsation » en est le marqueur technologique fort;
  • La pérennité des acteurs innovants est questionnée: la première vague d’acteurs créés en 2015/2016 connaissent des difficultés de modèles ou de marché, il y a donc lieu de donner de la confiance;
  • Côté recrutement, les salariés ont besoin d’adhérer à des projets qui ont du sens

Supportés par une vingtaine de réassureurs, La Parisienne entend apporter, à sa manière, transparence et impact! Vue la croissance de ces dernières années, ne doutons pas que l’impact est au rendez-vous et que la suite ne nous décevra pas!

Pour aller plus loin

Avis à tous les distributeurs ou ceux qui voudraient le devenir! La Parisienne est à votre écoute, pour réfléchir avec vous à votre projet, ou construire le produit d’assurance propre à votre besoin.


Inscription Newsletter







« La Parisienne Assurances veut être un éleveur de licornes »! (Alexandre Rispal)
0 Partages

Vous pourrez aussi aimer