addon-acs

ADDON-acs et les parcours de soins

This post is also available in: enEnglish (Anglais)

Rating: 5.0/5. From 1 vote.
Please wait...

J’ai eu de nombreux échanges ces derniers mois avec Thibault Allouard, fondateur de ADDON-acs, spécialisée dans l’accompagnement des parcours de soins en santé. Je n’avais pas encore eu l’occasion de présenter son entreprise. Il vaut mieux tard que jamais! Les derniers rapprochements aux Etats-Unis semble d’ailleurs valider le positionnement d’ADDON-acs et renforcent la pertinence du positionnement. 

Proposition de valeur de ADDON-acs

ADDON-acs est l’outil incontournable pour accompagner efficacement les patients / assurés, pendant les parcours de soin et en temps réel. La solution ADDON-acs permet de créer le lien indispensable entre les acteurs du parcours, autour du patient / assuré et comble ainsi un vide jusque-la inexploité dans la chaine de valeur de la relation client.

La notion de parcours

ADDON-acs part du constat qu’il faut envisager le le sous-jacent des contrats d’assurance santé, à savoir le risque de maladie, par un principe de parcours, et notamment de parcours de soins. Déjà aujourd’hui, votre médecin traitant va vous orienter vers un spécialiste. Or ce n’est qu’une petite brique de la réflexion et essentiellement dédiée à une perspective de maîtrise des dépenses.

En extrapolant la réflexion, ADDON-acs considère que vos soins sont organisés autour d’un parcours particulier. Votre besoin patient (note: qui n’est ni plus ni moins qu’un besoin client. Le focus est donc mis sur l’orientation client) commence avant de voir votre médecin et finit bien après. Ainsi, il est possible de détailler les différentes étapes de ce parcours.

Un acteur pourra donc se charger de mettre en commun tous les services pertinents autour de ce parcours. Cela commence par la prévention, l’accompagnement, le diagnostic, la prise en charge, les soins et enfin l’assurance. L’acteur en question peut être un assureur mais ce n’est en rien nécessaire ou impératif.

Quels parcours de soins ?

Si les parcours autour de l’optique sont déjà assez bien connus ou fléchés, il est possible d’en envisager d’autres. ADDON-acs met notamment en avant le parcours de la maternité. Ce n’est pas une maladie évidemment, mais il permet d’appréhender correctement les attentes possibles. En effet, ce parcours dont la durée est plutôt stable (!) est jalonné d’étapes connues. Ce sont autant de points de contacts avec les services médicaux (gynécologie, sage-femme, clinique / hopital).

addon-acs
L’application ADDON-acs est l’accompagnateur du parcours de soins

Du point de vue de l’assureur, cet indemniseur aveugle, on est souvent contraint de s’arrêter là. En revanche, le besoin de la patiente/cliente femme enceinte et du futur papa vont bien évidemment plus loin. Ce besoin intègre aussi :

  • des questionnements et des besoins d’informations,
  • des éventuels doutes psychologiques,
  • ou encore des besoins de services ou assistance particulière (kiné, massage, allaitemment, etc).

Chaque étape peut donc être documentée et des redirections peuvent être organisées vers les tiers pertinents, localement, pour apporter le meilleur service.

Plus généralement, 75% des coûts supportés par l’assurance santé concerne des maladies chroniques. La Sécurité Sociale a très justement mis en place des solutions pour accompagner ces maladies dans le temps (asthme ou diabète). Toutefois, il est surement possible d’aller plus loin en envisageant les choses plus largement que la seule assurance.

La non observance médicamenteuse est un gros problème. Il est légitime de chercher des réponses. L’accentuation de l’accompagnement et des points de contacts plus fréquents avec les assurés en sont surement un levier intéressant.

Comment détecter l’entrée dans un parcours

Le principal frein en France aujourd’hui est la séparation stricte des données entre la Sécurité Sociale et les assureurs complémentaires. Ainsi ces derniers n’ont pas accès à la donnée détaillée de la pathologie pour laquelle ils remboursent. C’est cela qui pourrait permettre de détecter l’entrée dans un parcours. C’est possible sur les grandes familles car les codes de consultations ou les numéros des professionnels de santé permettent de l’identifier. Toutefois cela va rarement plus loin.

Cela ouvre donc la nécessité d’instaurer une relation plus complexe et complète avec l’assuré pour obtenir cette information pour son bien. Il existe des opportunités de détecter des éléments plus tôt dans la vie des assurés:

  • des programmes de prévention
  • un service de conseil ou d’accompagnement
  • d’autres services ou informations additionnelles.

L’enjeu paraît anecdotique. C’est pourtant, en creux, toute la relation patient et donc client qui est à repenser.

Perspectives

La situation en France ne peut pas directement être comparée à d’autres pays. C’est la conséquence de notre contexte propre et de la place prépondérante de la Sécurité Sociale dans notre modèle. Toutefois plusieurs exemples récents sont importants à observer pour juger des tendances de fond du marché.

Aux Etats-Unis, CVS a racheté AETNA (Note: Doc aux investisseurs très intéressant). Cela ressemble à la première intégration verticale qui prend en compte l’intégralité des besoins des patients. Cela va de la prévention et la détection des pathologies, jusqu’à la prise en charge des dépenses de santé, en passant par la prise en charge et les soins. Plus concrètement, ils instaurent des centres de primary care, au coin de la rue. Chacun y est invité à venir prendre ses constantes médicales ou surveiller son état de santé. Par la suite, des centres de secondary care, dédiés aux maladies chroniques sont instituées. Cela est complété par des plans d’accompagnement individualisés pour les malades chroniques.

L’objectif est de maîtriser les coûts de santé grâce à un effet volume et un meilleur suivi. Par conséquent, cela permet d’améliorer la marge de CVS et d’Aetna en une seule opération. Le partenariat annoncé en janvier avec Apple sur les objets connectés comme outils du diagnostics participent du même objectif!

En Chine, Ping An et l’une de ses filiales Ping An Good Doctor proposent le principe de “One minute consultation, One hour drug delivery“. Consultation par téléphone en une minute, livraison de médicaments à la maison en moins d’une heure. Ils poussent même le service jusqu’à des cabines de téléconsultation entièrement autonomes, équipées d’intelligence artificielle pour effectuer le diagnostic.

Rien de comparable à la France évidemment, où les contraintes sur les données personnelles sont encore fortes! Cependant suivre et écouter ces tendances seraient surement à moyen long terme bien plus pertinent que de lutter pour éviter l’apparition de la possibilité de résiliation infra-annuelle.

Pour aller plus loin

Si la proposition de valeur de ADDON-acs vous intéresse (à retrouver ici dans l’observatoire), vous pourriez aussi jeter un œil à ces startups (H4D, MesDocteurs), ces articles (Zava et IRDES) ou à mon étude sur la e-Santé.

Jinnbee a déjà rencontré plus de 100 startups et vous les fais découvrir au fil de l’eau. 
Découvrez nos offres de services destinées aux compagnies/courtiers, cabinets de conseil, startups insurtechs et fonds d’investissement.

Si vous souhaitez rester informés des prochaines publications sur le blog, n’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter:

ADDON-acs et les parcours de soins
0 Partages

Vous pourrez aussi aimer