rise of insurtech

Accenture – The rise of insurtech

No votes yet.
Please wait...

Le fameux cabinet Accenture publie un petit rapport intitulé « The rise of Insurtech« , ou en français « La montée en puissance des assurtechs ». Celui-ci a été conçu avec leur équipe dédiée à ce sujet, basée à Londres, au sein du Fintech innovation Lab. Accenture part du constat que le monde de l’assurance bouge de plus en plus vite. De plus, les assureurs ne considèrent pas les startups dites de l’insurtech / assurtech comme de véritables concurrent. Accenture propose donc un tour d’horizon de ce secteur.

rise of insurtech

Un marché important et en croissance

D’après les données de CB Insights, les investissements (en nombre et en volume) dans des startups de l’insurtech ont doublé entre 2014 et 2016 pour atteindre $1,7Mds. Si les Etats-Unis (Silicon Valley, New York et San Francisco) concentrent encore plus de la moitié des deals, c’est désormais une tendance qui se mondialise.

Les leviers

Selon Accenture, qui a étudié plus de 450 opérations de financement, quelques technologies soutiennent cette tendance de fond:

rise of insurtech

La plupart des financements provient d’investisseurs en dehors du secteur de l’assurance (seuls 14% des opérations faisaient intervenir un acteur du secteur). Toutefois, ce faible chiffre reflète pourtant une forte augmentation (2% en 2014 et 12% en 2015). En revanche, un élément s’avère très intéressant: si l’on s’intéresse aux investissements fait par les assureurs, cela donne une lecture tout à fait différente. 17% des investissements des assureurs concernent des insurtechs, le reste concerne des technologies ou services annexes, mais qui pourraient avoir un potentiel sur ce marché à l’avenir. (Note: On peut donc en comprendre que les assureurs font confiance au marché du financement pour accompagner l’insurtech et qu’ils préfèrent appuyer ou aider d’autres acteurs. Cela signifie également que les assureurs attendent que les insurtechs aient gagné en maturité et prouvé une efficacité sur le modèle opérationnel ou la chaîne de valeur).

Les enjeux

Les relations entre banques et fintechs sont désormais relativement matures. Ce n’est pas encore le cas dans le monde de l’assurance et de nombreuses questions se posent quant aux relations à mettre en place. De nombreux assureurs sont pourtant déjà actifs (incubateurs, agendas d’innovations, etc.) et les dirigeants sont conscients des changements en cours. Cependant, l’innovation est toujours perçue et considérée comme risquée. Comment faire confiance à ce nouveau type de partenaires? Comment faire confiance à ces nouvelles sources de données? Cela va-t-il changer fondamentalement mon modèle opérationnel? Les différences d’approches entre des acteurs qui ont des dizaines ou centaines d’années d’existence et les startup sont énormes!

La méthode

Les insurtechs sont par nature assez agiles, réactives et s’adaptent à des environnements mouvants, ce qui n’est pas le cas des grands assureurs. Afin que les 2 puissent tirer un maximum de profit de l’autre, il est essentiel que chacun fasse un pas dans la bonne direction.

Les insurtechs doivent donc bien définir le besoin auquel elle peuvent répondre et comment elles peuvent s’intégrer dans le modèle opérationnel de l’assureur. De leur côté, les assureurs doivent se préparer, en termes de culture et d’ouverture d’esprit, à accepter l’innovation et le changement.

De plus, il devient de plus en plus évident qu’aucune startup ne pourra couvrir l’intégralité des besoins des assureurs traditionnels. La notion d’écosystème réapparaît donc, car il peut désormais s’agir d’unir les forces afin d’avoir une proposition de valeur complète avec une intégration idéale pour un assureur historique.

Quels segments de marché?

La plupart des startups s’adressent à un marché assez restreint: les lignes de produits individuelles et non-vie. Trois raisons pour lesquelles les autres segments sont délaissés:

  • Un relatif manque de connaissance des autres segments de marché, notamment celui destiné aux professionnels;
  • Une idée pré-conçue selon laquelle les nouvelles technologies n’auraient pas un impact aussi important sur d’autres segments de marché: ceci n’est pas prouvé car les analytics ou les objets connectés pourraient apporter beaucoup aux produits professionnels.
  • Une culture différente, entre des produits souvent plus dynamiques sur ces segments par rapport aux autres.

rise of insurtech

Il s’agit donc pour les startups d’ouvrir un peu le scope d’intervention, car bien souvent les mêmes technologies peuvent être applicables plus largement que le périmètre initialement prévu. D’ailleurs, c’est un axe de développement qui pourrait s’avérer extrêmement important dans les années à venir, afin de pérenniser une activité.

Relation assureurs / assurtech

Un point intéressant ressort de « Rise of insurtech ». Les assureurs sont relativement en retard par rapport aux banques dans leurs relations avec les insurtechs.

rise of insurtech

Ainsi, il pourrait être pertinent de s’inspirer des différents modèles mis en place dans la banque (incubateurs, investissements, partenariats et collaborations) pour envisager l’avenir.

Néanmoins, il serait erroné de penser que les startups sont une panacée et la solution à tout. L’enjeu essentiel pour les assureurs est de devenir chaque jour plus innovant et de s’adapter à un contexte très changeant. Il s’agit donc également de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier, de faire évoluer sa culture ou de déployer des méthodes nouvelles (agile, design thinking, etc.). 3 éléments sont essentiels:

  • Rester conscients des évolutions et tendances du marché ainsi que des mouvements en cours
  • Lancer et faire vivre en interne des initiatives innovantes pour favoriser le dynamisme et l’apparition de nouvelles idées
  • Garantir que la culture de l’innovation est bien répandue dans l’entreprise, et ce, à tous les niveaux.

Points clés à retenir

Accenture clot son rapport sur quelques points clés à retenir.

Du point de vue de l’assureur:

  • Concevoir l’agende d’innovation interne pour déterminer à quel moment il faut y intégrer les startups
  • Intégrer l’innovation à tous les niveaux de l’organisation
  • Promouvoir une culture d’entreprise ouverte à l’innovation, et ce, en partant du top-management
  • S’inspirer du monde des banques de détail, et des travaux déjà effectués sur la digitalisation et l’ouverture aux fintechs
  • Ne pas se sentir menacé par les startups et leurs méthodes de travail

Du point de vue des startups:

  • Comprendre le marché et le problème que vous cherchez à résoudre
  • S’assurer que la proposition de valeur est claire et adapté au problème identifié
  • Prendre en considération l’intégralité du marché de l’assurance, et pas seulement une ligne de produit
  • Etre patient et soutenir les assureurs traditionnels dans leur digitalisation
  • Identifier les limites de la proposition de valeur
  • Adopter une posture ouverte aux partenariats et considérer la création d’écosystèmes.
Accenture – The rise of insurtech

Vous pourrez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *